Nos 10 conseils pour lutter contre le gaspillage alimentaire

A l’occasion de la journée de l’alimentation 2014, nous vous proposons cet article spécial Gaspillage alimentaire, sujet qui nous tient particulièrement à cœur et qui sera aussi central lors de l’Exposition universelle 2015. Surtout qu’en France, pays d’origine de deux des membres du groupe du blog (dont moi-même), c’est aussi la journée nationale de la lutte contre le gaspillage alimentaire !

Bonne lecture ! N’hésitez pas à commenter !

Lucia

Les enjeux :

« Un tiers de la production alimentaire destinée à la consommation humaine dans le monde est perdue ou gaspillée, ce qui représente environ 1,3 milliard de tonnes par an »

Source FAO

 « 805 millions de personnes étaient en situation de sous-alimentation chronique en 2012-2014 »

Source : FAO

 

Et même si s’agissant des pertes alimentaires qui peuvent avoir lieu tout au long de la chaine logistique on a tendance à penser qu’à l’échelle individuelle, on ne peut pas faire grand-chose – si ce n’est privilégier la nourriture locale et encourager les politiques proposant de prioriser cet enjeu sur la scène politique – rappelons ici que beaucoup peut déjà être fait chez soi et même à l’extérieur pour lutter contre le gaspillage alimentaire !

Et ce thème sera d’ailleurs un des enjeux centraux de l’Exposition universelle 2015. Ainsi, à l’occasion de la présentation d’un rapport sur le gaspillage alimentaire domestique en Italie le 7 juillet 2014, le ministre de l’agriculture italien, Maurizio Martina, a déclaré que « la lutte contre le gaspillage alimentaire était une des priorités de l’Expo 2015 et que cela se voyait aussi à travers l’intérêt manifesté par les pays participants ». De plus, le protocole de Milan, accord global sur l’alimentation durable auquel pourrait aboutir l’Expo dont nous avions parlé dans nos précédents articles, se donne l’objectif de réduire de 50 % le gaspillage alimentaire dans le monde. Les solutions et la vison proposés par les pays participants fera surement l’objet d’un futur article.

Nos 10 conseils – non exhaustifs – pour diminuer le gaspillage alimentaire !

Gaspillage alimentaire Expo 2015

1) Resacraliser la nourriture à travers l’éducation et le dialogue au quotidien

Nourriture sacré Expo2015Vous souvenez vous quand vous étiez petit le récurrent « finis ton assiette, pense à ceux qui ont faim », le fait que nos grands-parents récupéraient tout, faisaient très attention à ne rien gaspiller et à réutiliser au maximum du possible. Ce qui ne pouvait vraiment pas être mangé était donné aux poules ou étaient transformés en compost. Cette vision de la nourriture était bien entendu liée à des arguments économiques (Exemple en France : l’alimentation représentait 38 % du budget des ménages avec le tabac en 1960 contre à 25 % en 2007[1], même si dans le même temps dans certains pays cette part dépasse toujours 50 %) mais se basait aussi sur un certain respect des fruits de la terre et du travail d’autrui. Cette vision, si elle n’a pas entièrement disparue dans de nombreuses familles et pays – par obligation ou par choix – semble quand même s’être affaiblie de manière générale, en tous cas dans les pays dits « développés ».

L’évolution dans de nombreux territoires vers une « société urbaine d’abondance » (en tous les cas en apparence) avec des supermarchés remplis à foison de produits et des frigos remplis à ras bord nous a bien fait souvent perdre certains principes et bons réflexes. S’il est fort probable que la rareté et la pauvreté soient malheureusement de retour et avec eux une attention grandissante contre le gaspillage alimentaire, la resacralisation de la nourriture passe aussi par l’éducation mais aussi le dialogue au quotidien entre amis, au restaurant et  à la maison : en valorisant les bonnes pratiques, et en s’échangeant les bons trucs pour gaspiller moins ! La resacralisation de notre alimentation était aussi un conseil donné par l’économiste et penseur de la décroissance, Serge Latouche, dans un de nos précédents articles.

Yeuxplusgrosqueleventre Expo20152) Ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre

Dès que vous allez faire les magasins, puis chez vous au moment de cuisiner, au moment de servir, au restaurant, ne surestimez pas votre appétit. Cela évitera de laisser des assiettes à moitié pleines, ou de devoir gérer un frigo où les aliments menacent de périmer.

3) Ne pas confondre date de péremption et date limite de consommation

Prenons l’exemple de la France, chaque année on estime Date consoqu’un français jette 20 kg de déchets alimentaires dont près de 7 kg de déchets non consommés et encore emballés[2] ! Mais à quoi correspondent ces 7 kg ? Bien souvent ce sont des produits encore comestibles qui ont dépassés la date « à consommer de préférence avant le ». En effet, une enquête de la Commission européenne de 2011 indique que 18 % des citoyens européens ne comprennent pas cette notion[3].

Le 2 juin un groupe d’Etats membres de l’UE a ainsi demandé officiellement à la Commission européenne de revoir ce système[4], En France, en janvier 2014 le Conseil économique social et environnemental a aussi appelé à une révision du système dans un de ses avis.

Plus d’informations en français pour savoir lire et comprendre ces indications et jeter moins de produits sur le site du ministère de l’agriculture français.

4) Achetez vos fruits et légumes en petites quantités

Je dois dire que cette recommandation s’applique grandement à moi : j’ai les yeux plus gros que le ventre en matière de fruits et légumes et j’ai du mal à évaluer les quantités dont j’ai besoin pour la semaine. Le plus simple, et le plus sûr, pour éviter le gaspillage alimentaire est donc d’aller faire ses courses de fruits et légumes en petites quantités deux fois par semaine. Cette recommandation peut ne pas être facile à suivre selon l’endroit où l’on habite ou son mode de vie…dans ce cas, sautez à la recommandation du dessous.

5) Cuisinez vos restes

tomate flétrieÇa y est vous avez des haricots et des tomates flétris dans le frigo, des pates déjà cuites pas utilisées et donc durcies. Mais non-non, la solution n’est pas de tout jeter à la poubelle. Tout d’abord n’ayez pas peur des fruits et légumes moches (référence à la très bonne campagne du supermarché Intermarché de cette année), l’essentiel est qu’ils soient bons ! Et oui, même une tomate et des haricots flétris une fois cuits et cuisinés avec de bonnes herbes, une petite sauce seront un délice ! Lancez-vous et laissez libre court à votre imagination : gratin ou gâteau de pates ? Et si vous manquez d’inspiration, pas d’inquiétude, vous trouverez des milliards d’idées sur internet : récemment en France une émission de télé a par exemple donné comme défi à des grands chefs de cuisiner les restes. Sans compter les nombreux sites internet, exemple : le super site Lebruitdufrigo où vous mettez ce qu’il vous reste dans votre frigo et des recettes vous sont proposées.

Puis, c’est une excuse pour inviter des amis et finir vos restes en bonne compagnie !

lancez vous conserve6) Lancez-vous dans la conserve ou congelez !

Ça y est vous partez en weekend ou en vacances, pas le temps de manger  ce que vous prépareriez, et bien il vous reste encore la solution conserve ou congélation. En matière environnementale, la solution conserve est à privilégier car elle suppose moins de consommation d’énergie. Et là pareil, plein de sites pour vous expliquer comment faire vos conserves. Exemple : le site « c fait maison ».

7) Rangez avec attention votre frigo

organisez frigoLà aussi un conseil qui s’applique particulièrement à moi qui ai tendance à tout mettre au hasard dans mon frigo pour vite me lancer dans une activité plus divertissante. Je précise à ma décharge que j’utilise vraiment très peu mon frigo sauf l’été, achetant peu de produits frais sauf le beurre.

Et oui, la manière dont vous disposez vos produits dans le frigo (l’étage, la proximité avec d’autres produits) influence grandement leur conservation. Pour en savoir plus sur comment disposer vos produits, rendez-vous sur la page très bien faite du ministère de l’agriculture.

8) Donnez ce dont vous n’avez pas besoin

don nourritureBon non définitivement, pas de conserve, pas de congélation, pas de cuisine : vous pouvez encore donner vos aliments aux nombreuses banques alimentaires et associations. Il existe toutefois des produits qui ne peuvent pas être donnés et  vous devrez respecter certaines règles, plus d’informations sur le site du ministère de l’agriculture.

D’autres solutions apparaissent pour donner/échanger de la nourriture entre particuliers à travers des plateformes internet. Par exemple en Italie, une initiative de food sharing est en train d’émerger pour partager ses bons petits plats avec ses voisins : http://www.scambiacibo.it/. Elle s’inspire d’une plateforme de partage alimentaire lancée avec succès en Allemagne il y a quelques années : http://foodsharing.de/.

9) Au restaurant, n’hésitez pas à demander un Doggy bag

Si la pratique du doggy bag est très diffusée aux Etats Unis (où les portions sont aussi plus importantes), c’est moins le cas dans de nombreux autres pays. Et pourtant, que deviendront les aliments dans votre assiette une fois repris par le serveur ? Ils seront tout simplement jetés.

Pourtant vous les avez payés, donc lancez-vous avec un grand sourire, demandez s’il est possible de les récupérer ! Plus le nombre de personne osant demander augmentera, plus les restaurateurs s’adapteront !

10) Faîte le test et mesurez vos déchets alimentaires !

test gaspi alimentaire

Sans faire d’effort et en respectant vos habitudes quotidiennes, essayez de mesurer tous les déchets alimentaires que vous jetez : boites et assiettes non finies, légumes et fruits pourris. Puis observez la différence en étant plus attentif à réduire les gaspillages.

Un bon moyen de prendre conscience de la quantité déchets alimentaires que nous produisons est de faire son compost. A Rome où deux d’entre nous habitent mais en général dans un nombre de plus en plus importants de villes italiennes, les déchets organiques sont récupérés à part. Même si la poubelle est composée en grande partie d’épluchures, je dois admettre que le fait de jeter séparément ma prune pourrie oubliée dans mon frigo me poussera à être plus vigilante la prochaine fois !

prune flétrie


[1] Source :Insee

[2] Source : chiffres 2010, rapport gaspillage alimentaire de nov 2012

[3] Source : Consumer Empowerment in the EU – SEC(2011)0469

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Leave a Reply