Expo2015 et développement durable

Les expositions universelles, « instruments clé pour l’éducation au développement durable »

By VIGNERON (Own work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Les Expositions universelles à travers le choix du thème, des objectifs officiels et de leur organisation propre ont reflété les questionnements et la vision du progrès des sociétés de leur époque.

  • Ainsi la machine et l’industrie étaient au centre des premières Expositions universelles, reflets de sociétés en plein développement économique. Les Expositions étaient alors également, en plus d’un outil d’éducation des masses et de dialogue, des instruments de promotion des échanges dans le cadre d’un libéralisme économique en construction avec une vision de la technologie comme libératrice, tous deux moteurs de progression de l’humanité.
  • A partir des années 1970, parallèlement à la montée des préoccupations environnementales au niveau mondial et à la prise de conscience des limites de nos modèles de développement, les Expositions universelles ont commencé à prendre en considération l’environnement, à travers les thèmes choisis, puis à travers l’organisation même des Expos. Ainsi, l’exposition spécialisée de Spokane aux Etats-Unis en 1974 a pour thème « Progrès sans pollution ». Deux ans après le sommet de la Terre à Rio de 1992, l’Assemblée générale du Bureau International des Expositions déclare que les Expo constituent des « instruments clés pour l’éducation au développement durable».

De l’Expo au  « Cradle to cradle concept » à « l’économie circulaire »

Pour la première fois en 2000, l’Exposition universelle de Hanovre qui avait comme thème «Homme-Nature-Technologie» a développé une réflexion spécifique sur l’importance de la prise en compte de l’environnement dans l’organisation de l’Expo. Concrètement, la ville organisatrice a demandé à l’ensemble des pays participants de prendre en compte les  « Principes de Hanovre »[1], un ensemble de règles dans la construction et le design permettant une meilleure intégration dans l’environnement des pavillons. Formulés en 1992 par William McDonough, architecte américain et designer, et Michael Braungart, chimiste allemand, ces principes ont ensuite été appliqués par de nombreuses villes et entreprises .

Dix ans plus tard, les deux hommes publiaient le livre « Cradle to Cradle: Remaking the Way We Make Things » (en français du « berceau au berceau »), dans lequel la production d’un objet doit ne produire aucun déchet et ne pas polluer. La définition de Wikipedia est la plus simple : « un produit fabriqué doit pouvoir, une fois recyclé, produire à nouveau le même produit, seul un ajout d’énergie renouvelable intervenant dans le cycle ».

Source et copyright : Wikipedia, Auteur : Zhiying.lim

  • La production « cradle to cradle » a permis de publiciser le concept d’ « économie circulaire », qui se réfère à « économie industrielle, qui est dans sa conception et son intention même, régénératrice et dans laquelle les flux de matière sont de deux types : les nutriments biologiques, qui doivent réintégrer la biosphère convenablement, et les nutriments techniques. Ceux-ci doivent être conçus pour être réutilisés, avec une haute qualité et sans nuire à la biosphère. »  (source : Ellen Macarthur Foundation).

Principes de Hanovre :

1. Insister sur le droit de l’humanité et de la nature à la coexistence ;
2. Reconnaître l’interdépendance;
3. Respecter les relations entre l’esprit et la matière;
4. Accepter la responsabilité des conséquences du design;
5. Créer des objets sécuritaires et de valeur durable;
6. Éliminer le concept des déchets;
7. S’appuyer sur les flux d’énergie naturels;
8. Comprendre les limites du design;
9. Chercher une amélioration constante en partageant la connaissance.

Depuis l’Exposition universelle de Hanovre, les thèmes choisis pour les Expositions universelles et spécialisées sont particulièrement liés aux problématiques posées par les limites de notre modèle de développement :

  • Exposition spécialisée de 2005 à Aichi au Japon sur le thème de « la sagesse de la nature »
  • Exposition spécialisée de 2008 à Saragosse en Espagne sur le thème de « L’eau et le développement durable »
  • Exposition universelle de Shanghai de 2010 en République populaire de Chine sur le thème de « Meilleure ville, meilleure vie »

[1] Lien sur le document complet de « Principes de Hanovre » sur le site William McDonough 

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn