Le pain, le vin et la terre au cœur des civilisations antiques méditerranéennes

BolognaJ’ai profité du weekend de Pâques pour me rendre à Bologne, surnommée en Italie « la grassa » – la ville étant très connue pour sa nourriture généreuse – où j’ai participé à la visite guidée proposée par le musée archéologique bolonais (et oui on ne dit pas bolognais) sur le thème : « Déméter et Dionysos, ou le pain et le vin. La signification symbolique de la nourriture dans le monde antique ».

De manière générale, le rapport à la terre et à la nature est au cœur des cultures antiques méditerranéennes. Les religions et les cultes renforcent le caractère sacré des « fruits de la terre » offerts par les dieux, en particulier le vin et le pain. Ces derniers accompagnent, comme c’est le cas aujourd’hui encore, les moments de célébration mais aussi de passage – comme la mort.

Cortile del Museo archeologico di Bologna

Cortile del Museo archeologico di Bologna

Avec la guide Giulia, nous avons voyagé dans le temps et l’espace entre la civilisation égyptienne au temps des pharaons et la civilisation grecque. Cette visite m’a donné un avant-goût prometteur des nombreuses histoires et références que les visiteurs pourront très certainement découvrir dans le futur « Cluster bio-méditerranéen » lors de l’Exposition universelle 2015. Mais aussi, s’agissant de la dimension religieuse de notre rapport à la nourriture, très certainement dans le futur pavillon du Saint Siège qui aura pour thème « pas seulement du pain ».

Bonne lecture !

Lucia

Le Pharaon, premier agriculteur de la civilisation égyptienne

Giulia nous a tout d’abord amené à la section égyptienne du musée voir le pharaon Horemheb (Horemheb vécu entre 1319 et 1295 av JC, il est devenu pharaon après la mort de Toutankhamon) labourer les champs de l’au-delà. Le pharaon, propriétaire idéal de l’ensemble des terres agricoles, permettait également de faire le lien entre la nature et les hommes. Il faut par ailleurs rappeler l’importance de l’agriculture dans la civilisation égyptienne, qui en assurait la prospérité notamment à travers les nombreuses cultures longeant le delta du Nil, notamment les vignes (le vin de cette zone a selon la guide un petit gout sucré). De manière générale, la nourriture consommée dans le delta du Nil était principalement locale.

Pharaon agriculteur expo2015

 Travail de la terre par le Pharaon

Préparation du vin Pharaon

 Préparation du vin- les images proviennent d’une tombe dédiée à ce pharaon (mais qui n’était pas la sienne) trouvée à Saqqara

Le pain et le vin : éléments centraux des tables antiques

En effet, nous avons en commun avec les Egyptiens mais aussi les grecs la présence centrale du pain et du vin sur nos tables, la diète méditerranéenne actuelle conserve cette spécificité ! Le pain et le vin sont accompagnés de viande ou de légumes pour les plats salés, de fruits secs ou des figues pour le sucré.  Ce sont d’ailleurs les égyptiens qui ont inventé le processus de levée du pain. Avant le pain sur les tables ressemblaient à du pain azyme, tel que celui que l’on peut manger encore dans les kebabs / fallafels.  Lors de leur fuite d’Egypte, les juifs emportent ainsi dans la précipitation du pain non levés.

Le banquet : la nourriture venant des dieux, lien entre l’homme et la nature

Les banquets étaient présents dans toutes les cultures antiques. Dans la Bible, par exemple, beaucoup de moment de banquets sont narrés. La tradition était de se laver les mains et les pieds avant le banquet. Exemple : scène où Jésus arrive et on ne lui donne pas l’eau pour se laver et qu’une femme  pleure sur ces pieds et l’essuie avec ses cheveux.

Scène de banquet

Scène de banquet

Giulia nous a par la suite amené à la section grecque du musée (pour mémoire : VI et V avant JC) et nous a réexpliqué la tradition et le déroulement des banquets. Les grecs concevaient la nourriture et des produits de la terre comme venant des dieux.Les banquets qui se déroulaient le soir, se faisaient à l’origine en position assise entre hommes – par la suite les échanges avec l’orient ont conduit à l’adoption de la position couchée.Les femmes  dînaient dans un espace à part.  Les musiciens pouvaient accompagner des moments de pauses dans le repas, ou bien des conteurs.

Le banquet en Grèce était divisé en deux moments : le Deipnon (dégustation de pains, viandes et légumes) et le Symposium  consacré à la dégustation de vin. De manière générale, les femmes ne pouvaient pas boire sauf lors de certaines fêtes où étaient notamment pratiqués des jeux d’alcool. Exemple : fête de Dionysos pour célébrer le passage de l’enfance à l’âge adulte (à 11-13 ans, l’espérance de vie étant en moyenne de 40 ans) où le second jour était consacré à la beuverie.

Femmes à une fête de Dioniso

Femmes à la fête de Dionysos

Aujourd’hui le vin a toujours cette importance symbolique et accompagne encore souvent les moments de célébrations.

Déméter –la Terre-mère – déesse de l’agriculture

Déméter et Métanire. Détail de la panse d'une hydrie apulienne à figures rouges, v. 340 av. J.-C. Copyright : domaine public

Déméter et Métanire. Détail de la panse d’une hydrie apulienne à figures rouges, v. 340 av. J.-C.
Copyright : domaine public

Déméter (Terre-mère en grec) sœur de Zeus  est la déesse des semis, de l’agriculture et de la terre, mais aussi du maintien de l’ordre, de la fertilité et du mariage. En effet, selon les grecs, l’agriculture est née grâce à elle qui l’a enseigné aux hommes.

Après l’enlèvement de sa fille, Perséphone, par Hadès le dieu des morts, Déméter partit à sa recherche sur terre. Elle y rencontra le roi Céléos, qui l’aida dans sa recherche et pour le remercier de son accueil, elle tenta de rendre immortel son premier fils et enseigna au second, Triptolème, l’agriculture et l’art de la production du pain.

Le culte érigé à Déméter par les grecs était très important et le pain et le vin y jouent déjà un rôle central, comme cela peut être le cas de nos jours dans certaines religions. Il existe notamment un rite de présentation du pain et du vin, puis de distribution.

Hier, aujourd’hui et demain !

A la fin de la visite en discutant avec Giulia, je me suis dit : que de points communs entre nos sociétés méditerranées actuelles, et celles-antiques ! Le rôle du pain, du vin, leur caractère sacré…en revanche le lien avec la terre vue comme « mère nourricière » semble s’être amenuisé, certainement avec l’arrivée de la production de masse et de la révolution industrielle depuis le XIX siècle

Merci encore à Giulia pour la très belle visite !

Lucia

Lucia

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Leave a Reply