Interview de la Fondation Triulza ou comment s’organise la société civile pour l’Expo 2015

Pendant la semaine du « Salone del Mobile » à Milan, j’ai eu l’occasion d’assister à une conférence organisée par la Fondation Triulza sur le thème « le design peut-il être social?  » et j’ai ainsi eu le  plaisir d’y rencontrer son Président, Sergio Silvotti qui a gentiment accepté ma demande de réaliser une interview pour le blog le 8 mai dernier.

Il est important de souligner le caractère innovant de cette Expo universelle 2015, qui pour la première fois dans l’histoire des expositions universelles, comprendra un pavillon entièrement dédié à la représentation de la société civile. Sergio Silvotti a répondu à mes questions avec beaucoup de spontanéité, de transparence et d’optimisme. Bonne lecture !

Juliette

Quels sont les origines, les principes et les objectifs de la Fondation Triulza ? 

Sergio Silvotti

Sergio Silvotti, président de la Fondation Triulza

La Fondation Triulza est née au terme d’un parcours qui a commencé en 2011 lorsque la société Expo SpA a annoncé la présence d’un pavillon dédiée à la société civile et cherchait un acteur pour porter ce dernier.

Un groupe d’organisations intéressées par ce projet voit alors le jour et propose de s’engager sous réserve que ce projet soit en adéquation avec leurs propres objectifs, valeurs et méthodes de travail. En particulier l’engagement de ces organisations dans l’Expo était subordonnée à deux conditions principales :

  • Si nous (les organisations de la société civile) réalisons cet effort considérable de représenter la société civile pendant l’Expo, notre engagement et nos actions ne doivent pas prendre fin le 31 octobre 2015, date de fin de l’Expo. Ces six mois doivent être l’occasion de créer un vrai dialogue entre les gouvernements, les entreprises, les organisations non gouvernementales et les associations. Dialogue qui donnera naissance à divers projets de travail dans le cadre d’une stratégie de long terme.
  • La deuxième condition est que nous devons pouvoir être complètement indépendant dans la manière de créer notre pavillon. Nous sommes ici pour représenter la société civile et pas pour représenter les gouvernements.

Concernant la première condition, la mairie de Milan fera en sorte que la cascina Triulza (nom du pavillon de la fondation, qui signifie aussi une ferme agricole dans la région de Lombardie) reste active après l’Expo en exerçant des activités de notre choix. Sur le deuxième point, nous avons signé, le 18 février 2014 un contrat de participation en qualité de participant « non officiel » à l’Expo. Ainsi, le BIE (Bureau International des Expositions) a prévu pour nous un contrat spécial dans la mesure où nous ne représentons pas un état, mais un groupe d’organisations diverses et internationales.

Une structure juridique adéquate  

Afin d’aboutir à une structure juridique qui puisse perdurer après l’Expo, nous avons décidé de nous constituer en fondation, qui, par définition, a vocation à avoir  un patrimoine économique qui s’associe à un idéal, qui dans notre cas, est celui de trouver des solutions aux divers problèmes structurels liés à l’alimentation dans le monde. C’est ainsi que le 23 avril 2013 est née la fondation Triulza.

De qui se compose la fondation ? Comment êtes-vous organisés ?

Au début, nous étions 29 organisations, aujourd’hui nous sommes plus de 60 et nous sommes tous membres fondateurs de la  fondation. Ces organisations composent le Conseil Général qui s’occupent d’un certain nombre de missions variées et est constitué de 5 commissions:

  • la première gère les conditions d’accueil des participants qui ne viennent pas de Milan, qui ont des problèmes financiers ou également des problèmes de mobilité
  • Une autre commission s’occupe de la gestion des contributions (émanant des entreprises, des sponsors) car il existe des critères d’exclusion. Par exemple, nous n’acceptons pas de fonds provenant d’une entreprise qui produit des armes. Nous avons donc déjà une blacklist et une whitelist de certaines entreprises, mais pour les petites entreprises que nous ne connaissons pas la commission fait une analyse plus approfondie
  • Une commission « Expodiffusi »: elle s’occupe de créer une sorte de Hub en mesure de connecter les différentes initiatives préexistantes au site de l’Expo.Nous voulons que l’Expo soit une occasion de montrer aux visiteurs ce qui se fait à l’étranger. Donc cette commission est chargée de créer une plateforme permettant de localiser quelles sont les expériences et bonnes pratiques préexistante sur le thème de l’Expo (Cascina, activités au sein des villes…)
  • La quatrième commission est celle du volontariat et service civique, elle est fondamentale pour créer un mécanisme d’implication des jeunes

Enfin, pour prendre les décisions, il y a un conseil d’administration. Le notre se compose de cinq membres choisis à travers un pacte de confiance entre les organisations (Sergio Silvotti est le président). Le conseil d’administration prend les décisions, alors que le personnel de la fondation s’occupe de concrétiser et de mettre en oeuvre les stratégie et de toutes les fonctions organisationnelles, entre autres la gestion du budget (exemple: embauche de personnel, l’achat de matériel etc…).

Quel est votre système de financement ? 

Toutes les organisations ont versé un quota de participation qui varie d’un minimum de 2400 euro à un maximum de 20 000 euros. Notre capital de départ atteignait environ 130 000 euros.

Nous avons un budget de 6 millions, donc nous nous sommes donnés l’objectif de récolter 3 millions à travers les contributions ou les sponsors et 3 millions à travers la vente de biens et de services durant l’Expo (location d’espaces dans le pavillon pour l’Expo, activités de restauration, aire dédiée aux concerts dans le pavillon…).

Nous venons de définir les modalités du contrat de sponsorisation et de location des espaces à l’intérieur du pavillon (espace d’exposition, espace de ventes). L’objectif est de récolter un maximum en contributions (dons) et sponsorisations afin de réduire au maximum le coût de location des espaces d’exposition du pavillon.

Pour l’instant, nous avons un partenariat solide avec la Fondation Cariplo, une fondation robuste grâce à laquelle nous avançons à grand pas dans notre travail.

IMG_0164

Comment se positionnent les institutions par rapport à votre projet ? 

La mairie de Milan est d’une aide précieuse dans notre projet. Nous avons aussi d’excellents rapports avec le Ministre des politiques agricoles alimentaires et forestières, Maurizio Martina (cf: dernier article de Laura « la société civile acteur clé de l’Expo 2015″). Les organisations internationales comme l’ONU et en particulier la FAO nous ont également reçus et écoutés avec beaucoup d’intérêt.

Le premier appel international pour recueillir des idées pour le développement du programme culturel du pavillon de la société civile, »Exploding your idea » s’est clôturé le 30 avril, combien de propositions avez-vous reçues?

Nous avons reçu 133 propositions de projets, et nous sommes très heureux de ce succès. Nous organiserons un deuxième appel dans les prochains mois pour les organisations qui n’ont pas pu participer au premier.

Avez-vous des objectifs en termes de représentation internationale ?

Oui, notre objectif est d’avoir au minimum un représentant pour chaque continent. Le fait que notre pavillon ait une vocation internationale, nous a amené à redéfinir la signification de l’expression « secteur tertiaire »  qui n’est pas la même dans chaque pays. Nous avons donc donné la définition suivante: « sujets privés, ayant finalité solidaire ou mutualiste ». Ces six mois seront aussi pour nous l’occasion de comprendre comment les organisations du secteur tertiaire sont organisées à l’étranger.

padiglione-societa-civile-expo-2015

Pavillon de la société civile à l’Expo 2015

Quels rapports entretenez-vous avec les organisations internationales?

Nous avons un bon rapport avec les organisations internationales que nous avons rencontrés lors de divers événements, qui ont pu être des moments informels comme la présentation de la Cascina au Sénat, des événements à l’ONU… et avec elles nous avons conclu que se seront leurs réseaux qui distribueront prochainement les call pour une meilleure visibilité.

Puis, un autre canal important pour mobiliser la communauté internationale, à travers la fondation Cariplo, est celui des grandes organisations philanthropiques. Il y a une organisation qui s’appelle « European Foundation Center » qui réunit les grandes fondations européennes et nord américaines (Rockfeller Foundation, Bill & Melinda Gates Foundation, Ford Foundation…) : à travers ces organisations, qui ont des réseaux très développés et structurés au sein de chaque pays dans lesquels elles travaillent, nous pouvons mobiliser la communauté internationale.

En quoi le pavillon de la Cascina sera-t-il durable ?

Picture1Seulement deux pavillons resteront sur pied après la fin de l’Expo: celui de l’Italie et la cascina Triulza, tandis que 80% de l’Expo sera démolie. La cascina Triulza sera rénovée suivant un protocole qui assurera le respect de certaines normes énergétiques et thermiques qui en feront un pavillon plus durable que les autres. Cependant, notre principal problème est que nous n’avons pas été impliqués dans le processus de restructuration de la cascina, qui a été pensé indépendamment  de notre projet de présentation de la Cascina et géré par la société Expo SpA. Ainsi, notre préoccupation majeur est maintenant de faire en sorte que la structure du pavillon s’adapte à nos idées (par exemple : nous voulions faire une aire pic-nique qui n’a pas été prévue par le projet de la société Expo SpA).

Dans tous les cas, le futur de la Cascina Triulza est en cours d’élaboration et nous avons déjà des idées comme par exemple la création d’un potager permanent qui pourrait être utilisé à des fins éducatives pour les enfants. On pourrait également imaginer un espace dédié aux idées innovantes apportées par les participants étrangers  pendant l’Expo. Nous avons vocation à faire de cette  Cascina un « laboratoire de bonnes idées » reconnu au moins au niveau européen. Mais n’oublions pas que le futur de la Cascina dépend aussi de l’état du chantier après la fin de l’Expo.

Précédemment, vous avez parlé de la nécessité d’impliquer les jeunes lors de cette manifestation, comment la Fondation entend le faire?

Nous avons demandé un appel d’offre du service civique pour lequel les jeunes pourront assurer des activités de promotion sur le thème de l’Expo  » Nourrir la planète, énergie pour la vie », aussi bien en Italie qu’à l’étranger. L’idée est la suivante : pendant six mois, les jeunes peuvent rencontrer des acteurs intéressés, en Italie ou à l’étranger et pendant les six mois suivants ils travailleront sur le site de l’Expo et accueilleront ces mêmes acteurs (ou de nouveaux). Les jeunes qui participeront recevront 433 euros par mois, plus un le remboursement des dépenses pour ceux qui seront à l’étranger. Nous souhaiterions également mettre sur pied un projet avec les universités pour faire participer le étudiants à des summerschool ou séminaires pendant l’Expo (il y aura un espace dédié à des ateliers dans notre pavillon), et leurs faire écrire des articles sur ces interventions dans le but de les sensibiliser au thème et de les faire contribuer au l’héritage immatériel de l’Expo-

Que pensez-vous de l’initiative « Expo dei Popoli » (Expo des peuples) qui est un regroupement d’ONG, d’associations, de réseaux de la société civile italienne et internationale qui travaillent ensemble pour la réalisation d’un Forum des peuples en  2015 à Milan ? 

Je ne comprends pas pourquoi « Expo dei Popoli » n’a pas encore adhéré à la fondation, surtout que nous sommes composées des mêmes organisations. Ils ont écrit un manifeste superbe, riche en contenu avec un projet précis – celui d’organiser un forum entre les peuples du monde et de confronter leurs idées sur le thème de l’Expo -qui s’inscrit parfaitement dans la philosophie de la fondation Triulza. J’espère que dans les jours à venir ils adhéreront et que nous aurons ainsi le plaisir d’accueillir l’assemblée Expo dei Popoli dans la Cascina Triulza !

Juliette

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Leave a Reply