L’Islande: un parfait exemple de culture durable grâce aux ressources naturelles 2

Il y a environ un mois, je me suis offerte un voyage en Islande. Cela faisait longtemps que je voulais visiter cette ile perdue, située à deux pas du Pôle Nord, je me suis donc enfin décidée à organiser le voyage.

C’est vraiment un pays fascinant, caractérisé par sa nature sauvage, encore vierge en certains endroits, le tout d’une extrême beauté.

Dans cette ile qui se trouve à environ 40 km du Cercle Polaire Arctique, la terre âpre est parfois hostile, et rend difficile la possibilité de

Ressource geothermique, Islande

Ressource geothermique, Islande

cultiver des aliments de première nécessité comme les fruits et les légumes.  L’Islande en effet est un pays plutôt froid, où le soleil fait défaut une bonne partie de l’année. Sur cette ile, les plantes ne poussent donc pas facilement. Cependant, la présence de surfaces géothermiques, largement répandues sur le territoire islandais, permet aux terres de maintenir une température pas trop froide.

Les islandais ne se sont pas laissés abattre par les conditions climatiques et ont su exploiter à leur avantage les ressources géothermiques dont ils disposent en abondance tout le long de l’ile, qui est située au point de rencontre entre deux plaques tectoniques – la plaque américaine et la plaque eurasiatique. Ces deux plaques en s’éloignant progressivement l’une de l’autre créent une zone de haute activité volcanique et géothermique.

La terre en Islande est riche d’eaux chaudes qui atteignent une température d’environ 100° C. L’énergie géothermique, qui provient des strates plus profonde de la terre, sont utilisées de diverses manières : pour réchauffer les maisons et les bureaux, pour des complexes industriels, pour alimenter les centres thermaux, etc.

Puis, progressivement, est née l’idée de créer de vraies serres alimentées par l’énergie géothermique, dans lesquelles il est possible de cultiver des plantes que le climat extrême ne permet pas de cultiver. Cette idée a émergé pour la première fois en 1924 et aujourd’hui s’est diffusée largement dans le sud de l’ile, à l’aide de technologies de plus en plus performantes. Parmi les cultures les plus diffusées sont celles des tomates, courgettes, poivrons, fraises et fleurs.

Le site le plus connu pour la présence de serre géothermique se trouve aujourd’hui dans le sud de l’ile, près de la ville de Husavik.

La famille Fridheimar et leur entreprise durable

Je suis arrivée dans l’usine “Fridheimar”, entreprise familiale qui a créée des serres ouvertes au public pour une visite touristique. J’en ai ainsi profité pour voir comment fonctionnaient ces structures.

La culture en serre est présente dans ce lieux, depuis 1946. La famille Fridheimar, composée d’un agronome, monsieur Knutur et de sa

La famille Fridheimar, Islande

La famille Fridheimar, Islande

femme Helena, Horticultrice, vit ici depuis 1995 avec leurs 5 enfants qui participent activement au travail de culture.

Des tomates, concombres, poivrons, fraise et herbes aromatiques sont ainsi cultivées. Ils ont été les premiers à se spécialiser dans la production de tomate, à partir de laquelle ils produisent des produits préparés comme la soupe qu’ils offrent aux touristes, la sauce tomate, en plus de vendre leurs tomates fraiches en grande quantité dans toute l’ile.

Après avoir fait diverses recherches et des visites dans d’autres pays pour apprendre les différentes techniques de culture et de création de réseaux d’agriculteurs, Knutur et Helena ont commencé à développer leur propre mode de culture qui visent à produire un potager frais, de qualité et naturel portant une attention particulière aux standards environnementaux et au respect de l’écosystème. Ceci n’aurait pas été possible sans la présence d’une ressource naturelle essentielle en Islande : l’énergie géothermique.

La famille Knutur a été récompensée par de nombreux prix pour leur travail. En 2009, ils ont reçu Agricultural University of IcelandIncentiveAwardet en 2010 ils ont été choisis comme Producteur de l’année par l’association Horticultural Marketing.

Des tomates pour tous les islandais!

En entrant dans la serre, on est tout de suite impressionné par les longues bandes de plantation de tomates qui se développe en hauteur pour optimiser l’espace. Plantations désormais pleine de tomates mures, qui atteignent  bien 9 mètre !

Bandes de tomates dans la serre

Bandes de tomates dans la serre

Les tomates sont cultivées tout au long de l’année dans ces serres et atteignent une production d’environ 300 tonnes qui correspondent à une part de marché d’environ 18% du marché islandais de la tomate.Ainsi monsieur Knutur, fut le premier d’Europe à créer une production de tomate pendant toute l’année.

Un système d’éclairage électrique est en marche toute l’année, même pendant les mois d’hiver les plus brumeux. L’electricité utilisée est dite « verte » parce qu’elle  est générée par des stations thermales hydroélectrique et géothermales.

Il est intéressant de noter la rareté des insectes en Islande et donc l’absence de nécessité d’utilisation des insecticides à l’inverse de la Hollande et d’autres pays ayant beaucoup de serres.

En particulier, dans l’entreprise de la famille Knutur, le contrôle biologique est très méticuleux contre les pesticides. Knutur et son personnel gèrent les éventuels parasites qui pourraient se présenter avec des techniques bio.  Le moyen le plus efficace est la coccinelle Macrolophuspygmaeus,qui dévore tous les principaux parasites de la tomate. Une autre technique très écologique est l’irrigation automatique, qui permet d’utiliser un volume adapté d’eau pour les plantations en évitant le gaspillage inutile de ressource hydrique [1].

Le choix « durable » de cette entreprise s’illustre également avec l’utilisation de déchets humides, qui dérivent de la production des potagers et de la confection des produits mis en vente. Ces derniers sont ainsi utilisés comme fertilisant naturel des terrains.

Pendant l’été, la production de tomate est clairement plus importante, mais pendant l’hiver elle se maintient en hiver en volume plus réduit de novembre à fin mars.

La production locale en Islande coute plus chère comparée à celle des produits importés,à cause des couts élevés de la main d’œuvre. De tels couts sont cependant compensés par des couts énergétiques réduits grâce à la richesse de source géothermique, une ressource encore plus économique que l’éolien.

 Le local c’est mieux!

Il ya une forte demande pour les productions locales en Islande. Les consommateurs sont disposés à dépenser plus, voir à choisir la production locale face celle importée, si elle présente une qualité, un gout et une fraicheur supplémentaire.

Produits locaux dans l'entreprise Fridheimar

Produits locaux dans l’entreprise Fridheimar

A première vue, l’Islande par sa position au nord de la terre, et son isolement géographique, ne nous fait pas penser à un endroit idéale pour la production en serre,

En réalité, ce sont justement ces facteurs, combinés aux ressources naturelles dont dispose l’ile qui a fait d’elle un des endroits les plus adaptés à ce type de production. Il y a en effet beaucoup moins de possibilité pour les plantes d’être touchées par des maladies ou parasites. Et c’est vraiment l’énergie géothermique qui permet d’obtenir des conditions uniques pour la culture en serre. L’énergie géothermique est ainsi utilisée pour réchauffer et stériliser les les terres et le serres et pour produire de l’électricité qui sert pour éclairer les plantes pendant les mois les plus froids. Les produits volcaniques, comme la pierre ponce, dont l’Islande est riche, sont également utilisés. La croissance des plantes avec ce type de terrain facilite le contrôle de l’humidité et de la fertilisation.

L’énergie géothermique, une nouvelle ressource durable pour l’agriculture

Les avantages de l’énergie géothermique sont nombreux. Elle peut étre extraite sans bruler des combustibles fossiles comme le charbon, le gaz ou le pétrole. Les champs géothermiques produisent seulement environ 1/6 e de dioxyde de carbone de ce que produit une centrale classique plutôt propre, alimentée par le gaz naturel.Les centrales binaires, en pratique, ne produisent pas d’émissions. A la différence de l’énergie éolienne et solaire, l’énergie géothermique est toujours disponible, 365 jours par an [2].

L’Islande est un excellent exemple illustrant une gestion optimale, responsable et durable des ressources naturelles pour obtenir une production agricole même dans les zones géographiques les plus extrêmes.

Tout cela rend possible une production agricole locale, et réduit ainsi les importations et les couts des transports et diverses externalités négatives qui en découlent.

Il est vraiment dommage que l’Islande, comme d’autres pays du nord, ne participent pas à l’Expo 2015. Les pays « froids » seront effectivement peu représentés (seuls ceux des baltiques pour le moment). En effet les défis alimentaires et agricoles des pays froids sont non seulement très importants pour comprendre l’importance du territoire et l’utilisation de ses ressources, mais aussi pour découvrir la force de l’imagination et l’innovation humaine pour identifier les solutions les plus durables.

Iceberg, Islande

Iceberg, Islande

Laura


[1] Site web de l’usineFridheimarhttp://fridheimar.is/en/horticulture

[2]http://www.islandaoggi.com/blog/2011/3/20/la-coltivazione-in-serra.html

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

2 thoughts on “L’Islande: un parfait exemple de culture durable grâce aux ressources naturelles

  1. Reply bertillo vian oct. 3, 2014 %H:%M

    Ottimo esempio di vacanze intelligenti. abbiamo bisogno di conoscere altre realtà così interessanti. Grazie per gli stimoli dati.

  2. Reply Icelanded janv. 1, 2016 %H:%M

    Je confirme, la culture islandaise sous serre est vraiment géniale, j’y travaille depuis 6 mois, c’est bio, ça consomme pas d’energie poluante, que de l’electricité verte.

    Bref c’est génial!

Leave a Reply