La société civile, acteur clé de l’Expo Milan 2015

Mardi dernier, le 29 avril, j’ai  pu approfondir ma connaissance de la Fondation Triulza[1] et du rôle joué par le troisième secteur[2] à l’Expo 2015 en allant à la conférence de présentation du pavillon de la société civile, la Cascina Triulza (ps : nous en saurons encore plus sur la Cascina Triulza et la fondation avec l’une des future interviews de Juliette, suspens ;).

Et c’est dans le Palais Madama, palais historique romain où siège le Sénat de la république italienne, bien installée dans une salle  magnifique ornée de fresques que j’ai eu la chance d’assister à cette présentation !

Parmi les intervenants on pouvait compter d’important membres du gouvernement italien, comme le ministre des politiques agricoles et forestières, Maurizio Martina, le Directeur des Affaires Institutionnelles de la société Expo 2015 S.p.A, Roberto Arditti, mais aussi le Président de la Fondation Triulza, Sergio Silvotti, et la directrice du pavillon de la Société Civile, Chiara Pennasi.

Et ce n’est autre que Pietro Grasso, président du Sénat de la République qui a introduit la conférence.

Presentation of the Civile Society Pavillion Expo Milano 2015 - Cascina Triulza

Presentation of the Civile Society Pavillion Expo Milano 2015 – Cascina Triulza

Des énergies pour changer le monde

Le thème du Pavillon choisi par la fondation vise à mettre au centre le rôle de la société civile.

Faire exploser les énergies: cela doit être, selon Pietro Grasso, le but premier, pendant et après l’Expo, autour duquel se développera le travail de la société civile. Ce qui signifie que l’Expo 2015 ne doit pas seulement laisser un beau souvenir, mais un patrimoine solide d’idées, de solutions, de propositions et d’énergies, qui continueront à se développer après l’Expo, notamment à travers le travail de la Fondation Triulza, qui représente un réseau de plus de 60 entités et associations de la société civile.

Pietro Grasso, President of the Senate of the Italian Republic

Pietro Grasso, President of the Senate of the Italian Republic

Pietro Grasso a affirmé la nécessité de changer les politiques actuelles qui, selon lui, cela est une évidence, ne fonctionnent plus. Comment surmonter ce paradoxe mondial : une partie de la planète lutte contre l’obésité et l’autre lutte contre la faim ? Comment affronter le thème de la pénurie d’eau ? Quelles solutions trouver au problème de la pénurie des ressources alimentaires?  Tous ces thèmes devront être traités à travers la participation du troisième secteur, c’est-à-dire la société civile,  qui est de plus en mesure de proposer des solutions concrètes à la crise, de promouvoir l’emploi, et de faire bouger l’économie. Le souhait de Pietro Grasso est que les institutions et les politiques menées par ces dernières arrivent à soutenir le dynamisme et la contribution fondamentale de la société civile à une économie sociale et solidaire.

L’Expo 2015 : une fantastique opportunité pour toute l’Italie

Comme l’a rappelé le Ministre des politiques agricoles italien, Maurizio Martina, il est important de vivre l’expérience de l’Expo comme une grande occasion de repenser et redonner une nouvelle dynamique au pays, sur un thème aussi fondamental que l’alimentation, qui est en outre l’un des points forts de l’Italie.

Le thème de l’Exposition universelle 2015 pose ainsi de grands enjeux en matière de sécurité et  de géopolitique alimentaire. Il a rappelé les nombreuses implications de la  confrontation entre  la demande de nourriture et la production agricole qui sera de plus en plus critique de par l’accroissement démographique. Le ministre a insisté sur la nécessité de  repenser nos modèles de développement.

Public présent à la conférence dans une salle du Sénat
Public présent à la conférence dans une salle du Sénat

Et dans ce contexte l’Italie, avec le potentiel et la valeur de son troisième secteur a un rôle de premier plan à jouer. Son modèle et ses techniques agricoles propres sont une richesse à préserver, mais aussi un instrument à mettre au service du débat européen et international sur les thématiques de l’alimentation.

Pour cela il est nécessaire d’envisager l’Expo 2015 en pensant dès maintenant à l’ « après Expo », afin de faire que l’Expo puisse être une occasion d’améliorer le système organisationnel italien.

La société civile: acteur du changement

A travers la création de la Cascina Triulza, l’Expo 2015 devient l’ instrument original pour l’Italie d’affirmer au reste du monde que l’avenir s’écrit en faisant participer toute la société civile aux prises de décision (cit. Maurizio Martina, Ministre de l’Agriculture).

La Fondazione Triulza représente un réseau de 60 organisations de la société civile et du troisième secteur, actives dans le milieu associatif, la coopération internationale, la promotion sociale, le secteur  culturel, environnemental et sportif, le volontariat, l’économie sociale et la finance éthique, bref un monde aux réalités très vastes s qui a voulu s’engager en première ligne pour faire entendre avec force la voix des citoyens.

Et comme l’Expo 2015 sera la première Exposition Universelle à accueillir un pavillon dédié intégralement à la société civile, l’espoir est que la Cascina Triulza devienne un point de référence pour les réseaux de la société civile nationale et internationale, ainsi qu’un laboratoire permanent d’idées, de propositions et d’activités pour contribuer à développer le thème “Nourrir la planète, Energie pour la vie”.

Pavillon de la Fondation Triulza à l’Expo Milano 2015
Pavillon de la Fondation Triulza à l’Expo Milano 2015

La Cascina Triulza : un lieu unique et stimulant

Ce seront les organisations de la société civile qui élaboreront le programme culturel du Pavillon à travers des appels d’offre, ou des appels à idées. La fondation souhaite également impliquer activement les citoyens et les visiteurs, ainsi que les institutions publiques et les entreprises sensibles aux thèmes et aux valeurs promus dans le pavillon de la société civile.

Le pavillon de la Fondation Triulza vise à être  « une île d’organisations à but non lucratif au sein d’une marée d’organisations à but lucratif » (Directeur Général de la Coopération au développement, Ministre Cantini), car l’avenir n’est pas seulement entre les mains des gouvernements, il est surtout dans celles de la société civile.

Laura

Liens pour creuser :

Fondation Triulza

Image of the future Civil Society pavillion on the website of the Triulza Foundation

Image of the future Civil Society pavillion on the website of the Triulza Foundation


[1] La fondation est en charge de coordonner le pavilion de la société civile à l’Expo 2015

[2] Cf définition wikipédia, notion du « Terzo settore » très présente en Italie : « troisième voie » à la traditionnelle dichotomie entre secteur public et secteur privé à but lucratif, le Troisième secteur rassemble un multiplicité d’acteurs (Associations, Fondations, Organisations Non-Gouvernementales, Organisations Religieuses etc.)

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Leave a Reply