Reportage en Suisse : et c’est parti pour un Food blogger tour pré-Expo 2015 !

Foodbloggertour suisse Expo2015J’ai participé à un « Food blogger tour » en Suisse le weekend du 21-22 et 23 février. Organisé par Présence suisse – l’organisme en charge de la coordination du Pavillon suisse pour l’Exposition universelle 2015 de Milan – ce road-train trip avait comme objectif de promouvoir la gastronomie et le territoire suisse auprès des « social networks » italiens.

Et pour ma « toute première fois » en Suisse, j’étais en compagnie de 9 autres talentueuses et sympathiques « food bloggeuses » italiennes (animant un blog en rapport avec la cuisine, la culture culinaire ou gastronomique – retrouvez la liste de leur blog en fin d’article) toutes armées de leur smartphone. Nous sommes parties à la découverte de la Suisse, de sa cuisine et des liens avec le territoire : au menu pas de fondue ni de raclette mais des rencontres avec de supers chefs, des explications sur l’origine des produits, la présentation de l’agriculture locale, des visites touristiques, des dégustations… L’accueil a été très chaleureux !

N’étant pas Food bloggeuse, pas de recette dans ce reportage, mais plusieurs petits zooms où je vais essayer de faire un lien entre notre programme intense de visites et de dégustations et les enjeux de soutenabilité alimentaires et agricoles.

Pour en savoir sur la participation de la Suisse à l’Expo 2015, découvrez notre nouvelle fiche pays dédiée.

Bonne lecture !

Lucia

carte suisseLe circuit : entre vallées enneigées, petits villages et Carnaval grandiose dans la splendide Bâle

Mais tout d’abord, quelques mois sur le circuit que nous avons suivi. Je suis partie de Rome le vendredi soir jusqu’à Milan. Le samedi matin j’ai retrouvé les autres bloggeuses dans le train direction le canton à la fois francophone et germanophone du Valais (en bleu), enneigé pour l’occasion, situé dans le Sud de la Suisse. Avec nous dans le train de nombreux skieurs bien chargés, et j’ai même entendu des bruits de petites cloches…mise dans l’ambiance immédiate !

Le samedi soir, nous nous sommes rendues à Altdorf, dans le canton germanophone d’Uri (en jaune) dans le centre de la Suisse. Enfin dimanche nous avons pu découvrir le magnifique carnaval de la ville de Bâle (en violet).

Mangez local et de saison : c’est si bien quand la richesse du territoire le permet

Le samedi midi, la rencontre avec le chef Mauro Capelli qui exerce ses talents au sein du restaurant « Café du théâtre de Monthey » était particulièrement intéressante. Ce dernier se fournit presque exclusivement auprès des producteurs locaux, connaît l’histoire des produits, et est particulièrement attentif au volet social. Les plats étaient absolument délicieux, et à travers eux, nous avons pu découvrir une partie du territoire. Pour le chef, la cuisine est « une passion qu’il a eu depuis petit » et le choix des produits locaux et de saison se fait naturellement. Il faut dire qu’il a été formé par un chef particulièrement attentif à ces aspects, respectant une cuisine classique avec de bons produits. De son côté, Mauro a une passion pour la cuisine japonaise, mais « l’important reste le produit, ensuite on va de l’avant ». Et dans le Valais, il a de la chance car la région est particulièrement riche : vin, vergers en nombre – avec les fameux abricots de la région – champignons… Le chef est aussi un inventeur durable, il a travaillé sur une méthode de macération à basses températures des confitures. Il y a quelques années, il a d’ailleurs préparé un « menu basse énergie »… un vrai bonheur de rencontrer quelqu’un comme ça, avec le sourire aux lèvres et une énergie durable !

Super chef

La Saline de Bex : savez-vous d’où vient et comment est produit le sel que vous utilisez tous les jours ?

« Le sel, la plus noble des nourritures » Plutarque
« Le sel, la plus noble des nourritures » Plutarque

Produit de notre vie quotidienne, savez d’où vient le sel que vous retrouvez sur vos tables ? Si je connaissais bien les marais salants, ou après évaporation de l’eau de la mer, le sel est ensuite ramassé, ce dernier peut aussi être extrait dans des mines. Et c’est le cas en Suisse – qui était aussi recouverte par la mer il y a des millions d’années où le sel s’est entreposé – au sein de la saline de Bex. Petits nains sans blanche neige, nous avons voyons voyagé en mini train dans les galeries creusées au marteau s’étalant sur plus de 50 km dans les entrailles de la montagne pour mieux comprendre le processus d’extraction du sel et découvrir l’histoire de cet endroit si particulier. Pour l’extraire, l’eau est injectée dans la roche pour faire fondre le sel et ensuite le récupérer. Exploitée depuis le XVI siècle, la saline a employé jusqu’à 300 mineurs, qui travaillaient dans des conditions très difficiles, menacés à tout moment par des coups de grisou. Aujourd’hui seuls deux ingénieurs travaillent à l’extraction du sel, tous les autres emplois sont liés à la vente, au tourisme… Cela reflète un peu l’évolution de nombreuses industries et de notre agriculture, où la production n’est plus riche en emploi.

Aujourd’hui la saline produit encore près de 30 000 tonnes de sel utilisées principalement pour le salage des routes, mais aussi comme sel alimentaire. Et vous, savez-vous d’où vient le sel sur votre table et ses conditions de production ?

Giorno 2 : Canton d'Uri, Aldorf sur les terres de Guillaume Tell : symbole, le taureau, en avant première des chocolats de l'Expo 2015, neige, sculpture d'une vache. Une très belle journée !

Jour 2 : Canton d’Uri, Aldorf sur les terres de Guillaume Tell : symbole, le taureau, en avant première des chocolats de l’Expo 2015, neige, sculpture d’une vache. Une très belle journée !

Les plats traditionnels – anciennement locaux – l’exemple du saumon du Rhin

A Bâle, un des plats traditionnel qu’on nous a servi est la tarte flambée au saumon (je n’ai pas pu goûter car je suis allergique au poisson). Traditionnel, mais plus local, car le saumon qui jadis remontait le Rhin jusqu’au XIX siècle a disparu progressivement à cause des barrages et de la pollution. Aujourd’hui un programme pour la réintroduction du Saumon mené par le WWF commence à porter ses fruits, mais de nombreuses  difficultés demeurent : obstacles sur la rivière, qualité de l’eau…

L’exemple de ce plat jadis traditionnel CAR local, et ayant aujourd’hui perdu ses racines (le saumon servi venait plus probablement de Scandinavie) n’est qu’un cas parmi d’autres : et vous, les plats traditionnels de votre région sont-ils toujours liés à des productions locales ?

Carnaval : culture et gastronomie, fête et plaisir

Ce carnaval, je vous recommande tous d’y aller une fois dans votre vie – c’est absolument magique – surtout la visite de la ville au petit matin au son des flûtes après avoir assisté au défilé masqué des cliques de la ville. Et suivez la tradition : soupe de farine aux oignons, tarte au fromage, vin blanc pour célébrer tout ça au petit matin !

carnaval bale basilea

Et les supermarchés suisses ? Le bio et le commerce équitable bien mis en valeur

supermarché suisseLe blog tour organisé nous a forcément mis en valeur les supers chefs, les supers produits locaux, de saison…mais qu’en est-il du Suisse lambda ? Comme j’ai pu le voir dans un des supermarchés de Bâle, beaucoup de produits italiens, des pâtes, de la charcuterie, des produits français, mais aussi des produits frais pas de saison et pas locaux, et de nombreux produits industriels et préparés. Comme partout en Europe ! J’ai toutefois noté – par rapport à ma propre expérience française et italienne – que les produits bio et issus de commerce équitables étaient particulièrement mis en valeur sur les rayons. Je ne suis pas restée assez longtemps pour en dire plus.

L’univers des food bloggeuses : reflet de la passion croissante pour la cuisine / gastronomie et les réseaux sociaux…mais quel travail !

J’étais un peu l’extraterrestre du voyage car, par choix, je n’ai jamais acheté de smartphone….même si je co-réalise ce blog, j’essaie de ne pas me faire envahir pas les réseaux sociaux et l’informatique au quotidien, déjà que dans le cadre de mon travail je suis derrière mon ordinateur une grande partie de mes journées.

Ce weekend a aussi été pour moi l’occasion de découvrir un monde, celui des food blogeuses,  je dirais même plus un travail : mes compagnes de voyage – qui tiennent leur blog de manière professionnel ou comme hobby depuis plusieurs années, twittant et facebookant à un rythme effréné même pendant les repas – ont toutes eu de nombreuses opportunités grâce à ce dernier, qui leur a ouvert de nombreuses portes. La gastronomie et la cuisine sont si à la mode que leur travail est valorisé, leur présence sur les réseaux sociaux leur permet d’échanger avec une énorme communauté.

Comme moi, elles se sentent chanceuse de rencontrer des personnes passionnantes grâce à leur blog ! Mais, de mon côté, relax, relax…aujourd’hui seulement,  je prends un peu de recul et j’écris.

Grande diversité de la gastronomie et nombreuses influences

Je ne suis pas restée longtemps et je n’ai pas tout vu de la Suisse et loin de là, mais déjà, quelle diversité : les langues, l’architecture, la gastronomie, les personnes…d’un canton à l’autre, j’avais l’impression de voyager des milliers de kilomètres. C’est fou de voir à quel point la cuisine et notre alimentation peuvent refléter cette diversité des territoires et des cultures, et permettent de redécouvrir ô combien ce qu’il y a dans notre assiette est un bon moyen de comprendre un pays et ses habitants. Même le temps d’un weekend, une fenêtre, un monde peut s’ouvrir à nous à travers une assiette.

Avec du recul, ce fut un super weekend, très intense ! Je sais déjà que je retournerai en Suisse, et que j’y mangerai cette fois une bonne fondue ;) .

Liste des blogs :

Aurevoir - SuisseExpo2015

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Leave a Reply